On a peu écrit sur Irma LeVasseur qui a changé l'histoire de la médecine au Québec. Ses études de base terminées, la jeune Irma a dû faire un choix, et elle a décidé de faire carrière en médecine. À l'époque, aucune université canadienne n'acceptait les femmes en médecine. Pour poursuivre ses études, elle a dû s'exiler aux États-Unis.

On a peu écrit sur Irma LeVasseur qui a changé l'histoire de la médecine au Québec. Ses études de base terminées, la jeune Irma a dû faire un choix, et elle a décidé de faire carrière en médecine. À l'époque, aucune université canadienne n'acceptait les femmes en médecine. Pour poursuivre ses études, elle a dû s'exiler aux États-Unis.

"...Irma LeVasseur(1877-1964) a été la première médecin canadienne-française. Elle a contribué à fonder les hôpitaux Sainte-Justine et de l’Enfant-Jésus de Québec. Elle alla étudier la médecine à l’Université du Minnesota. Dre LeVasseur s’intéressait principalement aux conditions de vie des enfants et des pauvres à Montréal. Elle ne s'est jamais mariée et n'a jamais eu d'enfant..." femmesansenfant.com (photo: Archives de l’hôpital de l’Enfant-Jésus) Article de Serge Bouchard

"...Irma LeVasseur(1877-1964) a été la première médecin canadienne-française. Elle a contribué à fonder les hôpitaux Sainte-Justine et de l’Enfant-Jésus de Québec. Elle alla étudier la médecine à l’Université du Minnesota. Dre LeVasseur s’intéressait principalement aux conditions de vie des enfants et des pauvres à Montréal. Elle ne s'est jamais mariée et n'a jamais eu d'enfant..." femmesansenfant.com (photo: Archives de l’hôpital de l’Enfant-Jésus) Article de Serge Bouchard

Centre d'histoire de Montréal - Irma LeVasseur

Centre d'histoire de Montréal - Irma LeVasseur

Photo de Irma LeVasseur

Photo de Irma LeVasseur

Elle a été la première médecin canadienne-française. Elle a contribué à fonder les hôpitaux Sainte-Justine et de l'Enfant-Jésus de Québec. Pourtant, Irma LeVasseur est morte dans l'indifférence...

Elle a été la première médecin canadienne-française. Elle a contribué à fonder les hôpitaux Sainte-Justine et de l'Enfant-Jésus de Québec. Pourtant, Irma LeVasseur est morte dans l'indifférence...

Plus de 50 ans après son décès dans l'indifférence, la première femme médecin de la province, Irma LeVasseur, a officiellement pris sa place dans l'histoire du Canada.

Plus de 50 ans après son décès dans l'indifférence, la première femme médecin de la province, Irma LeVasseur, a officiellement pris sa place dans l'histoire du Canada.

ARCHIVÉE - Source - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations - Bibliothèque et Archives Canada

ARCHIVÉE - Source - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations - Bibliothèque et Archives Canada

Irma Le Vasseur - l'Encyclopédie Canadienne

​Irma Le Vasseur, MD, first French-Canadian female doctor and founder of the Hôpital Sainte-Justine in Montréal and the Hôpital de l’Enfant-Jésus in Québec City (born 20 January 1877 in Québec, QC; died 18 January 1964 in Québec, QC.

L’ancienne mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche, est à la retraite depuis un an. Femme d’action, elle nous a confié qu’elle n’avait pas beaucoup réfléchi à la résilience avant la tragédie de Lac-Mégantic. Cela ne l’a pas empêchée de la

L’ancienne mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche, est à la retraite depuis un an. Femme d’action, elle nous a confié qu’elle n’avait pas beaucoup réfléchi à la résilience avant la tragédie de Lac-Mégantic. Cela ne l’a pas empêchée de la

Le parcours d’Irma LeVasseur est remarquable et cette trilogie relate toutes les étapes importantes de sa vie. Après des études à Sillery, en 1894, elle doit aller chercher son doctorat en médecine à l’Université Saint-Paul (Minnesota), toutes les universités québécoises lui fermant leurs portes. De retour au Québec, le Collège des médecins lui refuse un permis de pratique. Elle se tourne alors vers l’Assemblée législative qui, trois ans plus tard, vote un bill privé lui permettant d’exercer…

Le parcours d’Irma LeVasseur est remarquable et cette trilogie relate toutes les étapes importantes de sa vie. Après des études à Sillery, en 1894, elle doit aller chercher son doctorat en médecine à l’Université Saint-Paul (Minnesota), toutes les universités québécoises lui fermant leurs portes. De retour au Québec, le Collège des médecins lui refuse un permis de pratique. Elle se tourne alors vers l’Assemblée législative qui, trois ans plus tard, vote un bill privé lui permettant d’exercer…

Pinterest
Search